La mémoire de traduction - c'est ce que vos amis utilisent pour vos traductions

Published on 22 Nov 2019

by Marcos Dinnerstein

La mémoire de traduction devrait être une partie intégrante des outils utilisés par votre traducteur.

Travaillez-vous à l'international ? Faites-vous régulièrement traduire vos contenus ? Avez-vous déjà entendu parler de la mémoire de traduction ?

Si ce n'est pas le cas, je vous conseille de vérifier votre portefeuille, vos bijoux et vos dents en or. Vous, cher ami, êtes probablement en train de vous faire dévaliser.

Qu'est-ce que la mémoire de traduction ? (TM)

La mémoire de traduction est une base de données, ou une collection, de segments de mots précédemment traduits. Il peut s'agir de phrases complètes, de paragraphes ou d'unités de type phrase telles que des en-têtes, des titres ou des éléments de liste. La mémoire de traduction enregistre et conserve chaque instance de la langue source ainsi que la traduction correspondante. Ces paires linguistiques sont appelées des "segments de traduction". Lorsqu'un traducteur humain utilise la mémoire de traduction, il sera prévenu lorsqu'un segment déjà traduit est détecté.

Lorsqu'un client de MotaWord possède une mémoire de traduction (il faut que nous ayons déjà effectué des traductions pour vous pour pouvoir générer cette base de données), nous sommes en mesure d'effectuer de manière bien plus rapide la nouvelle traduction et, par la même occasion, de potentiellement réduire le tarif de cette dernière. C'est parce que nous ne re-facturons jamais la traduction d'une même phrase.

Si vous faites appel à des traducteurs qui ne vous annoncent pas clairement qu'ils utilisent une mémoire de traduction, il se peut qu'ils vous facturent plusieurs fois pour la même phrase. Vous n'avez plus besoin d'accepter ça.

Mais ce n'est pas si étonnant que ça et cela ne veut pas dire que vos traducteurs sont des personnes malveillantes. Autrefois, lorsque le scribe prenait la dictée et ré-encrait sa plume d'oie alors que vous annonciez vos perles de sagesse, chaque morceau de contenu était unique. Les scribes bilingues traduisaient chaque texte en tant qu'élément indépendant. Les mémoires de traduction n'existaient pas.

Certains traducteurs et agences de traduction emploient toujours cette méthode. (enfin, peut-être pas la plume d'oie) Mais pourquoi travailler avec des traducteurs qui n'utilisent pas un outil de traduction largement adopté ? Ne les engagez pas. Cela reviendrait à engager un charpentier-menuisier qui n'utilise pas d'outils électriques.

Les clients réguliers de MotaWord profitent de traductions plus rapides, plus précises et plus économiques. Le contenu de leur mémoire de traduction n'est jamais partagé, ni utilisé à d'autres fins, et ils peuvent la télécharger à tout moment.

Pour en savoir plus sur les mémoires de traduction et sur la façon dont MotaWord apporte une valeur ajoutée à ses clients, lisez "Qu'est-ce qu'une mémoire de traduction".

N'oubliez pas de regarder Qu'est-ce qu'une mémoire de traduction ? - Traduction 101


S'INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER